Plasticienne constructrice

nederlands english deutsch francais русский

‘Plus plasticienne constructrice que sculpteur’

Jolanda Riedijk se passionne depuis déjà de nombreuses années pour la sculpture et le modelage. Elle est fascinée par cette liberté que procure le travail de l’argile et de la cire. Aussi se sent-elle plus constructrice que sculpteur. Les statues qui naissent ainsi de l’argile ou de la cire sont ensuite coulées en bronze selon la méthode de la ‘cire perdue’.

Ses travaux racontent des histoires, des histoires souvent mythiques, mais aussi des histoires de gens de son entourage. Elle trouve aussi son inspiration dans des poèmes ou dans des articles de journaux. Sa propre vision des événements donne toujours à ses œuvres un caractère bien personnel.

Ses sources d’inspiration ont été et sont encore toujours les corps étirés du maître espagnol El Greco, mais aussi les statues de la cathédrale de Chartres ainsi que les modernes comme Dali et Giacometti.

La plupart de ses réalisations expriment une émotion ou un mouvement, et la matière dure devient ainsi alors vulnérable.

Ses figures allongées accentuent cette vulnérabilité, elles ont l’air de flotter. Les figures ne répondent pas à un idéal esthétique, car ce n’est pas là le point de départ de sa création.

Son point de départ, c’est l’homme. Avec ses sentiments et le dramatique de la vie-même. Il ne s’agit pas de réaliser une perfection, ni dans la représentation, ni dans la finition. “La perfection, ce serait l’achèvement et achever c’est donner la mort.”

Ce qui importe pour elle c’est que chacun, par l’intermédiaire de “la statue”, vive l’étonnement, l’émotion ou la beauté, en toute liberté.



Copyright